Développement personnel Orientation/Reconversion
Job alimentaire : oui ou non ? (1/2)
, , , ,

disgusting-gum-man-2882

J’ai rencontré de nombreuses personnes désirant vivre un changement professionnel ou une évolution professionnelle. Et pour cause : ils considèrent ce qu’ils font comme « purement alimentaire ». Dans le sens : « ça ramène du fric pour manger et c’est tout… c’est pas l’éclate« .

Il y a plusieurs scénarios, du meilleur au pire :

– J’ai un job alimentaire par choix, pour pouvoir exercer ma passion à côté ou aménager la vie de famille ! Exemple : le travail de nuit pour être dispo en journée, commencer très tôt le matin pour être dispo à la sortie de l’école…

– J’ai un job alimentaire pour développer mon entreprise à côté, c’est un rêve qui se réalise ! Même si cela peut être difficile de cumuler les deux, le fait de le faire pour réaliser un « rêve » est un moteur.

– J’aimais mon job, mais maintenant, j’aimerais évoluer car je n’apprends plus rien, je ne suis plus du tout challengé, je cherche à me développer, acquérir d’autres compétences.

– J’aime mon job (ce que je fais moi-même), mais la vision de l’entreprise et/ou l’ambiance de travail ne me correspond pas du tout – j’ai envie de partir en courant ! – mais je reste car je n’ai aucun filet de secours et au moins, ça paye les factures.

–  Je n’aime pas mon job, il est « bof bof ». Je reste car… ça paye les factures ! Et puis, au moins, j’ai un travail. Je m’ennuie, mais j’ai un travail.

– Je n’ai pas d’autre choix que de faire ce job « alimentaire » (appelé aussi « Job de *erde« ), pour éviter d’être à la rue, ou d’enfoncer encore plus la situation financière de ma famille. Horaires impossibles, risques physiques, job sous-payé, odeurs, hygiène, stress… Le prix à payer.

– Et il y a encore bien d’autres scénarios…

Faut-il s’accrocher à cette situation ?

Déjà, le fait de travailler pour subvenir aux besoins de votre famille est honorable et responsable – Personne ne devrait vous reprocher cela.

Ensuite, faites le point sur vos motivations et les moyens mis à votre disposition.

Ok, je ne m’éclate pas, mais vais-je supporter cette situation encore longtemps ? A quel point ce que je vis au travail affecte ma vie et celle de mes proches ? Quelles en sont les répercussions sur ma famille ?

Avant de dire qu’il n’y a aucune possibilités ailleurs, ai-je au moins tenté de regarder ? De frapper à d’autres portes ? De voir les opportunités sur les différents « job boards » (sites web d’offres d’emploi) ?

Est-ce que j’ai fait une tentative d’aménagement de mon emploi du temps pour opérer un changement ? Souvent, ça ne tombe pas du ciel, ça demande du temps, de la recherche, de la préparation … difficile à caser dans le planning. Commencez par réserver un soir par semaine : faites le point, fouillez les sites d’annonces d’emploi, recherchez les différentes formations, les possibilités de financement, actualisez votre cv… Puis une fois « lancés », passez à deux soirs par semaine, ou un soir + un RTT par mois etc… Un changement n’arrive pas par magie, un changement se planifie.

Un changement_magie_planifie

– Si vous avez du mal à penser à un changement, mettez vous différentes dead-line. Par exemple : Si vous souhaitez changer de boulot dans un an, il faut travailler dès maintenant à la reconversion professionnelle : « vers quoi je désire aller« … la réflexion demandera du temps. Puis dans deux mois, il faut que votre CV soit nickel…. Mettez-vous des échéanciers. Pas trop proches pour ne pas paniquer, pas trop longues pour ne pas procrastiner.

La réponse rapide à ma question du titre : oui, gardez votre job si (pour le moment) vous n’avez vraiment vraiment rien et que votre situation financière est critique… Mais veillez à ce que votre « oui » ne soit pas un « oui » définitif, car, au fond de vous-même, vous savez que vous valez mieux que ça… Soyez honnête avec vous-mêmes en faisant la part entre « être sage et raisonnable » et « craindre le changement« , « redouter de quitter sa zone de confort« . Oui, parfois, ce qui est inconfortable, devient finalement confortable face à l’inconnu…

 

Pin It

About author

Lydia Levant-Bol

Psy du Travail et Docteure en Psychologie Sociale, j'aide les gens à trouver ce pour quoi ils sont faits, et comment le faire, aussi bien de façon individuelle (identité professionnelle, développement du potentiel,…) que collective (entreprise, association,…).

Vous devriez aussi aimer ces articles

Intelligences multiples

Tout le monde il est beau, Tout le monde il est gentil,… et tout le monde il est intelligent !

J’ai rencontré de nombreuses personnes dés...

Lire la suite
reves2_web

Qu’est-ce que les rêves ? (2/2)

J’ai rencontré de nombreuses personnes dés...

Lire la suite
Qu'est-ce que les rêves ? (1/2)

Qu’est-ce que « les rêves » (1/2)

J’ai rencontré de nombreuses personnes dés...

Lire la suite